radar illustration blog

La méthode des radars, un outil efficace de diagnostic du système d’information (SI)

Un des points délicats d’un audit informatique est la restitution qui en sera faite à la direction et/ou à un comité de pilotage.
En effet, il est indispensable de présenter de manière synthétique et concrète les conclusions de l’étude pour en déduire la planification des actions nécessaires à l’atteinte des objectifs fixés.

Le radar constitue un outil très efficace et hautement paramétrable pour la restitution d’un diagnostic.

Le SI est divisé en grandes « fonctions » faisant l’objet de l’audit : métier, infrastructure, support, … Chaque fonction est segmentée en éléments uniques (les différentes applications pour le métier ; les PC, serveurs, etc. pour l’infrastructure)

Une méthode en quatre étapes :

1- Définition des éléments du « radar » et des niveaux associés

L’utilisation d’une mind map peut s’avérer très utile à cette étape (il existe des outils du monde libre, type freemind).

Exemple pour un process de gestion documentaire :
Niveau 1 – documents papier

Niveau x – logiciel de Gestion Électronique de Documents (GED)

Cet exercice est à faire pour chaque élément constitutif de chaque thème identifié (applicatifs métiers, infrastructure, …).

2- Création du radar dans une feuille de calcul

On reprendra chaque élément qui sera noté en fonction du SI actuel de l’entreprise auditée.

Exemple : on attribue la note de 1 si la gestion documentaire se limite aux documents papiers.

Le graphe « radar » généré à partir de ce tableau de valeurs indique la maturité des outils du SI.

Cette représentation permet d’évaluer, d’un coup d’œil, l’adéquation des outils aux besoins.
Mais elle n’est pas suffisante car elle n’indique pas le degré d’intégration de chaque outil dans la globalité du système d’information de l’entreprise.

3- Intégration dans le SI

On notera donc ensuite chaque élément par rapport au SI global (et à l’utilité de son intégration au SI).

Par exemple : une GED, même évoluée, mais qui ne permettrait pas la diffusion de documents vers un extranet client, serait « mal notée » en terme d’intégration.

4- Importance du process / de l’application (dans l’entreprise)

On peut pondérer les notes obtenues en fonction de l’importance de chaque élément.
Cette information permet de travailler sur la planification des actions à engager.
Un élément ayant une note basse mais d’une importance faible dans l’entreprise ne fera pas l’objet d’un projet prioritaire.

(Nota : les étapes 3 et 4 sont utiles pour les aspects process métier, mais pas pour l’infrastructure, par exemple).

 

Bénéfices de la méthode des radars pour le diagnostic informatique

– Transposable à tout type de structure, entreprise, domaine d’activité.
– Utilisable indifféremment pour les applications métiers, l’infrastructure, les services, le support, …
– Permet de définir une cible
o Par élément : sur quel élément faut-il travailler en priorité ?
o Globalement : comment veut-on intégrer les outils les uns aux autres ?
– Permet de faciliter un benchmark avec d’autres organisations ou entreprises du même type ou même secteur d’activité : les éléments du radar seront globalement identiques.
– Un outil utilisable sur le long terme
o Le radar défini à un instant T est évolutif dans le temps, en fonction des outils, des besoins et objectifs de l’entreprise, des projets finalisés.
o Permet de fixer les nouvelles priorités, de préparer les budgets.

Cet outil est une base de travail permettant au comité de pilotage de se projeter vers l’avenir et de faire des choix engageants sur le long terme, tout en ayant une vision précise du système d’information actuellement en place.

Exemple de radar :

1- Valeurs pour un process :

Schéma_valeur pour un process

 

 

2- Radar des outils et process métiers:

 

Illustration Outil métiers

 

La ligne indique les valeurs de chaque outil
Le positionnement des bulles indique l’intégration (des bulles présentes sur l’extérieur du radar indiqueraient des outils parfaitement intégrés)
La taille des bulles indique l’importance du process (le « logiciel metier 3 » n’est que très peu intégré au SI mais ce ne sera pas une priorité)

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *