WINDOWS 8 : J’adopte ? J’attends ?

Les DSI et les particuliers n’ont pas les mêmes attentes ni les mêmes enjeux concernant Windows 8. Chacun à sa façon cherche à évaluer comment et surtout quand passer à W8. Quels sont les raisons ? Quelles sont les interrogations ? Quelques éléments de réponses avec un DSI early adopter !

Les DSI ne sont pas enclins à se lancer dans l’aventure Windows 8. Un récent sondage fait en effet apparaitre que plus de 90% des DSI ont prévu d’attendre la prochaine version majeure : ils se sont inscrits dans un rythme de changement toutes les 2 versions. L’excellent Windows XP a été remplacé Windows 7, laissant au passage VISTA sur le carreau,  il est probable que Windows 8, mécaniquement, ne fera pas beaucoup d’adeptes en entreprise.

Il n’en sera pas de même des particuliers, qui finalement sont souvent en « avance » par rapport aux entreprises. L’effet marketing y est pour beaucoup.

En tant que DSI, nous devons voir l’arrivée d’un nouvel OS dans sa globalité : compatibilité ascendante, formation des utilisateurs, nouveautés utiles et utilisables par l’entreprise, stabilité du produit, risques et coûts. Ces grands « principes » étant posés, peu nombreux sont les DSI qui se risqueront à sortir du lot. Quoi que…?

Et si Windows 8 était différent ?

Votre serviteur s’est donc empressé  avec une certaine délectation de jouer les cobayes et vous livre sa première impression :

Bon, on s’y attendait mais ça y est, la convergence avec les tablettes et autres Smartphones est en marche. L’écran d’accueil n’est plus notre bon vieux bureau Windows, mais une mosaïque de Widgets que l’on place sur un écran, lequel défile via un ascenceur horizontal dont l’efficacité est pour le moins douteuse. Il n’en finit pas et il est bien moins ergonomique que le système de pages par thèmes que l’on se constitue sur tablette. Mais bon, ne boudons pas notre plaisir d’avoir un Windows store qui s’enrichie de nouvelles applications amusantes et parfois même utiles. Le tout, sans enregistrer le code de carte bleue.

Là le DSI redescend un peu sur terre et se dit qu’il est bien loin le temps où installer une application sans sa bénédiction n’était pas possible. Il doit vraiment remettre en question sa politique de sécurité, sa maîtrise du parc machines et logiciels, son désir de contrôle. Nous sommes désormais à l’heure du BYOD, du BYOA, du big data, des geek, des réseaux sociaux, du Cloud ! Bon ok, pas trop vite svp, l’entreprise ne peut changer si vite son modèle de gestion du Système d’Information!

Côté dysfonctionnements, après 3 mois d’utilisation, hormis quelques blocages matériel qui disparaissent après un redémarrage (problèmes WIFI par exemple), je n’ai pas eu de plantage majeur. Par contre, mes applications métiers favorites (mon CRM Microsoft par exemple) n’ont pas suivie dans la migration et font transpirer notre responsable applicatif qui finit par y arriver. Vu que Microsoft n’a pas eu le temps de tout mettre à niveau, on peut parier que le problème sera systématique pour les autres éditeurs.

Bon, pas de panique, cette problématique est connue à la sortie de l’OS et en général assez vite résolue.

Une ergonomie repensée !

La nouvelle ergonomie n’est pas simple à mémoriser les deux premiers jours : plus de menu « démarrer », une gestion des paramètres PC nouvelle, des outils d’administration qu’il faut retrouver. Au troisième jour, on comprend alors que la fonction de recherche est puissante et que son utilisation est finalement très utile pour retrouver tout ce que nous avions sous la main les yeux fermés dans Windows 7. A noter que pour les malins qui, contrairement à moi, ont mémorisé toutes les fonctions de raccourcis en Windows 7, auront un avantage qu’ils pourront mettre à profit. En termes de productivité, la gestion du partage d’écran par exemple est assez efficace, et d’une manière générale, j’ai eu une « sensation » de rapidité du système.

En conclusion

En tant que DSI :

  • J’ai aimé la convergence avec les outils mobiles, une sécurité à jour, un gain de productivité … au bout d’un certain temps, le nouveau gestionnaire de tâches qui est très clair.
  • je n’ai pas aimé l’ergonomie déroutante et les efforts de formation indispensable, les problèmes de compatibilité.

En tant qu’utilisateur « grand public » :

  • Je n’ai aimé les applications « comme sur une tablette » (pas toutes ! Skype par exemple n’a pas gagné au change !), la fonction de recherche, le multi fenêtrage, la sensation de rapidité.
  • Je n’ai pas aimé l’obligation de rechercher, de tester, par manque d’intuition dans ce qui est proposé.

Le DSI n’a donc pas changé d’avis, il est urgent d’attendre, car il y a beaucoup trop de conséquences risquées et coûteuses sur ce début de version.

A contrario, en tant qu’utilisateur grand public, Windows 8 marque un vrai saut technologique auquel il faudra s’adapter au plus vite .

Windows 8 met en scène la fameuse convergence des systèmes dont nous entendions tant parler, que ce soit au niveau de l’interface utilisateur, de l’accès aux applications du Cloud, du partage de données entre tous les terminaux personnels.

Les DSI l’ont compris et s’y préparent, mais en restant vigilant et garant de la stabilité du Système d’Information.

7 réponses
  1. Lecarpentier
    Lecarpentier dit :

    Nous constatons chaque jour que la frontière entre l’informatique personnelle et professionnelle n’existe plus, ce qui a d’ailleurs eu pour conséquence que l’informatique est devenu un outil totalement intégré au poste de travail. Le DSI va devoir donc gérer un décalage entre ces 2 informatiques, l’une pensant être en avance, l’autre en retard. Techniquement, oui, c’est évident qu’il faut attendre, d’autant que Win8 vient de sortir. Humainement, c’est plus compliqué…

    Répondre
  2. Duran Duran
    Duran Duran dit :

    Mieux vaut attendre! Défénitivement!

    Microsoft aime sacrifier un système pour préparer le suivant. Vista a par exemple servi à créer Win7. Attendons de voir car pour l’instant il ne semble pas indispensable, notamment pour les entreprises.

    Répondre
  3. Fabien CROZET
    Fabien CROZET dit :

    Le rythme de changement toutes les deux versions est-il vraiment encore envisageable (économiquement et stratégiquement) quand justement le rythme de sortie des nouvelles versions s’accélère ? On constate cela avec les OS, mais aussi avec les navigateurs, les logiciels bureautiques etc…

    Répondre
  4. Jean-Christophe DURAND
    Jean-Christophe DURAND dit :

    Il est effectivement urgent d’attendre… pour les PC mais les métiers poussent avec les tablettes… notamment les commerciaux, et même si Windows 8 Pro vient juste de sortir, la question risque de se reposer rapidement même s’il faudra de toute façon un clavier amovible.

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Les DSI ne sont pas enclin à se lancer dans l’aventure Windows 8. Un récent sondage fait apparaitre que plus de 90% des DSI ont prévu d’attendre la prochaine version majeure : ils se sont inscrits dans un rythme de changement toutes les 2 versions.  […]

  2. […] Les DSI ne sont pas enclin à se lancer dans l’aventure Windows 8. Un récent sondage fait apparaitre que plus de 90% des DSI ont prévu d’attendre la prochaine version majeure : ils se sont inscrits dans un rythme de changement toutes les 2 versions.  […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *