Des sushis menés à la baguette, ou comment mettre de l’ agilité dans l’informatique de l’ultra frais

Le contexte

Eat Happy, une startup qui vend des Sushis au sein de corners en grandes surfaces, a déployé en 18 mois plus d’une soixantaine de points de vente.

La problématique

Malgré les tests de différentes solutions applicatives pour gérer les corners, le résultat attendu sur le pilotage de la production et des stocks ainsi que le suivi de rentabilité n’est pas au rendez-vous.

La vision de référence DSI

Comme très souvent, la démarche en amont du projet a été de partir d’un choix informatique pour répondre au besoin métier. Erreur ! Si l’on se penche un tantinet sur le fonctionnement d’un corner à sushis, on s’aperçoit rapidement que l’utilisation d’un ordinateur pour mettre à jour production, stocks et invendus est un peu utopique : avez-vous essayez de rédiger un mail avec des gants en latex juste après avoir découpé du saumon ? Pas très pratique en effet. Sans compter la réglementation hygiène et sécurité dans l’ultra frais.

L’idée a été de faire table rase des ordinateurs au sein des corners et d’employer les balances industrielles déjà présentes (obligation réglementaire) à un rôle plus efficient. Ces balances ont la capacité simple de récolter de l’information au travers des pesées ou des différentes touches programmables, et surtout, sont connectables sur un réseau informatique.

De là, il n’y a qu’un pas pour avoir une situation réelle d’un corner : chaque produit réalisé, défectueux ou hors limite de vente peut être ainsi tracé avec la balance. De même, le suivi des stocks réels peut être saisis. La connaissance des données et la facilité d’entrée des informations sont ainsi réglées. L’ensemble des balances est piloté par le logiciel du constructeur et permet, outre la récolte des données, de mettre à jours les informations ou les configurations des balances à distance. Cela permet d’avoir un maintien en conditions opérationnelles centralisé et déporté.

Ensuite viens le cœur de l’agilité : la mise en place d’une BI. Les données sont extraites directement depuis le logiciel de centralisation des balances et envoyées dans un entrepôt de données pour analyse. En croisant avec des sources présentes au sein de listes sharepoint (comme les valeurs liées au recettes produits), la mise en place des indicateurs et tableaux de bord sur la production, la non qualité, le respect des recettes (d’où découle la marge) est rendu possible… Et permet ainsi de descendre plus loin dans l’analyse fine comme la saisonnalité.

Au final, le système d’information est simple mais efficace et permet un pilotage précis des différentes activités, supportant une croissance rapide sans avoir à mettre en œuvre des solutions tout intégrées, longues à déployer et ne couvrant pas toujours le besoin.

Vous n’imaginiez pas toute l’information que peut produire un simple sushi sur une balance ! Eat Happy !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *