Du Perfo/Vérif au Directeur des Systèmes d’Informations

Depuis le milieu du siècle dernier, les hommes et les femmes qui s’occupent de l’informatique se sont adaptés à la très rapide évolution du secteur. Comment se sont développés ces métiers ? Quels sont les enjeux actuels ? Regardons de plus près cette évolution.

Un peu d’histoire…

Dans les années 50, en dehors des salles blanches, les ordinateurs étaient peu présents. Inversement, de nombreux métiers ont aujourd’hui complètement disparu. Souvenez-vous des perfo/vérif qui assuraient la saisie sur carte perforée des données pour qu’elles soient stockées sur bande puis, plus tard, sur disque.

Avec le développement des technologies de stockage et en particulier le développement des disques durs, des techniciens de salle sont devenus nécessaires pour permettre le changement de ces précieuses gamelles et la mise à disposition des données nécessaires à la gestion des entreprises et des organisations. Dans le même temps, d’autres métiers ont émergé. Citons l’analyste programmeur. Sorte de gourou des années 70-80, les analystes programmeurs avaient en charge le développement de tous les  « programmes »  de l’entreprise, en spécifique le plus souvent. Ce rôle était d’autant plus capital que les systèmes étaient des ordinateurs centraux.

Au milieu des années 80, les réseaux apparaissent dans les organisations informatiques. Conséquence directe : on observe un éclatement des métiers et des compétences. Il devient alors impératif de connaître la gestion des réseaux (en étoile ou en anneaux), de faire face à la multiplicité des OS (operating system) et  de structurer leur fonctionnement. Dans les années 90, ce sont les gestionnaires de bases de données qui sont les garants de la performance du Système d’Information.

Au tournant du siècle, les logiciels de bureautique, le traitement numérique des sons et des images et l’avènement de internet rendent nécessaire le stockage des données non structurées. Le secteur informatique doit alors spécialiser des profils sur de nouvelles technologies numériques : les web designers-master-admin-modérateur … Très rapidement, le volume des données s’accroît et l’information devient de plus en plus distribuée. Les ingénieurs réseaux, les experts sécurité, les spécialistes systèmes sont autant de compétences indispensables pour assurer stabilité et sécurisation du Système d’Information.

Cette inflation d’information crée rapidement de nouveaux enjeux : stocker massivement ces informations et les retrouver !

Le premier point trouvera des réponses technologiques dans le Cloud Computing, pour le second, ce sont des Knowledge Managers qui deviennent les acteurs clés.

 

Le DSI : agent du changement

Ces évolutions continues de la technologie de stockage ont impacté les métiers de l’informatique. Celui qui s’appelait l’informaticien, puis le Directeur Informatique – faisant ainsi ressortir les aspects techniques du métier – est devenu aujourd’hui le Directeur des Systèmes d’Informations.

Si ces évolutions imposent au Directeur des Systèmes d’Information (DSI) une connaissance très large de tous les métiers gravitant autour du Système d’Information (aussi bien des aspects techniques, réseaux, fonctionnels, conceptuels, web, …), il semble que désormais la principale évolution soit au niveau de la gouvernance de l’entreprise.

Le DSI est un des piliers de cette gouvernance, il doit faire en sorte que l’informatique soit au service de la stratégie de l’entreprise. Pour ce faire, il est en veille permanente aussi bien sur les tendances informatiques que sur les orientations du secteur d’activité de l’entreprise.

Le DSI de demain : le DSI partagé ?

Ce profil, très large et très global, est désormais accessible aux ETI/PME. Comment ? Grâce à une approche de plus en plus répandue : le partage du Directeur des Systèmes d’Information (DSI). Le DSI partagé apporte son expertise à d’autres entreprises et la gouvernance obtient une ressource clé de haut niveau tout en limitant les coûts.

 

Pierre Duran Campana, Directeur des Systèmes d’Information à temps partagé

10 réponses
  1. Pierre Vuaillat
    Pierre Vuaillat dit :

    Il y aurait aussi, je crois, à analyser l’évolution du métier sous les points de vue de :
    l’ancienne direction de la production (exploitation informatique) toute puissante
    l’ancienne direction des « développements » informatiques, dans un mode scindé entre le métier de l’entreprise et l’informatique
    l’apparition de la notion d’AMOA (Assistance à Maîtrise d’Ouvrage) censée établir le dialogue entre le métier et l’informatique
    l’apparition du métier d’intégrateur de progiciels en opposition au développement « from scratch »

    OK pour que le DSI reste l’engrenage entre la machine technologique et la Direction métier.

    Répondre
    • Fabien Salicis
      Fabien Salicis dit :

      Je dirais que le métier va résolument évoluer dans le sens où le DSI sera intégrer beaucoup plus en amont des réflexions business et des objectifs globaux de l’entreprise. Tout étant maintenant résolument dépendant du système d’information, sa présence dans les entreprises de toute taille va se démocratiser.

      Répondre
  2. Philippe Tronc
    Philippe Tronc dit :

    Le monde informatique se scinde progressivement en deux. D’un côté la « force de l’ombre », très technologique et à qui incombe et incombera encore plus dans le futur la tâche de faire en sorte que la bonne information soit au bon moment à disposition de la bonne personne dans de bonnes conditions économiques.
    De l’autre le monde des Usages. Le DSI en entreprise sera résolument de ce dernier.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *